Un atelier « hors les murs », enjeux

L’objectif de l’atelier « hors les murs » est d’explorer des pistes de travail pour construire un modèle de bourg à énergie positive ; préfigurer avec les habitants un programme d’actions et imaginer avec eux le devenir et la transition énergétique et sociale de Benais ; bénéficier de la créativité des étudiants ; tester la réception par les habitants de pistes de projets élaborés par les étudiants.

Ces pistes de travail sont d’autant plus intéressantes à tester que le PNR est entré en phase de révision de sa charte : ce sera l’occasion de débattre avec les élus et les habitants d’objectifs qu’il se fixera pour les 15 prochaines années.

L’atelier hors les murs prévoit d’associer trois établissements d’enseignement supérieurs : L’école nationale supérieure d’architecture de Paris la Villette, l’Agrocampus Ouest d’Angers et l’École supérieure des Arts modernes ESAM Design de Paris.

Lire la suite sur la page de présentation

Enjeux

À l’heure des grands changements climatiques et de la dégradation des écosystèmes, les territoires se mobilisent afin de mettre en œuvre une transition sociale et écologique. Un des axes de cette transition concerne la production et la consommation de l’énergie. Dans les démarches actuellement explorées se trouvent les « territoires à énergie positive » dont le PNR Loire Anjou Touraine fait partie. Pour une collectivité, il s’agit de réduire les besoins en énergie de ses habitants, des constructions, des activités économiques, des transports, des loisirs. Plusieurs axes structurent les démarches : réduction de la consommation d’énergie dans le logement et l’espace public ; diminution des émissions de gaz à effet de serre et des pollutions liées aux transports ; développement de l’économie circulaire et de la gestion durable des déchets ; production des énergies renouvelables locales ; préservation de la biodiversité, protection des paysages et promotion de l’urbanisme durable ; développement de l’éducation à l’environnement, l’écocitoyenneté et la mobilisation locale ( Pour plus de précision voir le site du Ministère de la transition écologique et solidaire : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/territoires-energie-positive-croissance-verte).

La transition écologique ne peut se réaliser pleinement sans un volet social clairement structuré. La démarche est ici d’associer les habitants à un projet de « bourg à énergie positive ». Il s’agit de faire une place à la participation démocratique et à la lutte contre les injustices environnementales.

Benais

Benais est une commune de 952 habitants, située dans le département de l’Indre et Loire, à proximité de Bourgueil, entre Saumur (30 km) et Tours (40km). Territoire rural, le bassin de vie du bourgueillois est fortement influé par la présence voisine de la centrale nucléaire de Chinon, qui, avec ses sous-traitants, est le plus gros pourvoyeur d’emplois du territoire. Cela se ressent également jusque dans les modes de vie qui sont influencés par la culture d’entreprise et le pouvoir d’achat des salariés. Cela s’est par exemple traduit par le développement du modèle pavillonnaire à chauffage électrique pour loger ces catégories socioprofessionnelles.

La viticulture est prépondérante dans le domaine agricole et les activités induites, dont l’agro-tourisme, sont très dynamiques. L’offre touristique, profitant de la qualité du cadre de vie et de la richesse des patrimoines culturels et naturels, se développe également bien.

La commune a un PLU récent – approuvé il y a 3 ans – dont l’objectif était de permettre l’accueil de nouvelles populations au sein du tissu urbain existant. Le secteur d’habitat neuf de la Croix-Rouge, situé à 800 m du centre bourg, avait été prévu pour être le seul site d’extension urbaine maîtrisée pour construire une vingtaine de logements. 5 ans plus tard, aucun opérateur, privé comme public, ne veut prendre le risque d’investir à Benais.

Il faut dire que le contexte a rapidement évolué ces dernières années : déprise du marché immobilier, hausses des prix des carburants, crise du modèle périurbain, adaptation aux changements climatiques, injonctions à la densification, revendications citoyennes, etc… autant d’éléments qui poussent la commune à réfléchir à son modèle de développement pour mieux coller à l’évolution des modes de vie.

La nouvelle intercommunalité – fruit d’une fusion du bourgueillois et du Nord-Ouest Touraine – offre également un nouveau cadre d’intervention en matière d’urbanisme et de développement local. Des actions en faveur de l’énergie et de l’écoconstruction sont par exemple promues depuis deux ans. La commune de Benais est très active au sein du Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine et plusieurs projets y ont été menés : sentier d’interprétation, éducation au territoire, animations grand public, conservatoire d’essences végétales anciennes, approvisionnement en circuits courts de la cantine scolaire associative, accompagnement sur PLU (TVB et OAP), restauration scolaire, etc… À noter l’implication de Pierre NION, adjoint au maire, au sein de la commission biodiversité et paysage du Parc dont il est le vice-président.

Le Parc entame sa deuxième révision de charte. La transition énergétique et sociétale percole l’ensemble des réflexions thématiques, depuis la biodiversité jusqu’au tourisme, en passant par l’urbanisme. Cela induit une méthode de travail particulière, basée à la fois sur une concertation élargie (partenaire et population), sur l’implication du Comité Scientifique et Prospectif et sur la conduite des études. Un avant-projet de charte devrait être proposé aux élus du Parc début 2020.

À l’échelle du territoire du Parc, Benais concentre nombre de problématiques qu’un tel travail interdisciplinaire peu mettre en lumière. Les enjeux d’un workshop sur la commune peuvent ainsi être résumés ainsi :

  • l’apport des habitants au processus d’élaboration d’un programme et d’un projet d’aménagement qui peut prendre la forme de différents scenarii
  • vulnérabilité d’un bourg rural face aux évolutions sociétales à venir
  • identité paysagère et architecturale confrontée aux solutions d’aménagement résiliant face aux changements climatiques. Ex : place du végétal dans les aménagements urbains traditionnellement très minéraux.
  • alliance des acteurs et dynamique de projet de revitalisation au sein du bourg et aux alentours de la communes par le biais du workshop.

Ce contenu a été publié dans Nota Bene par didattica. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos didattica

Didattica rassemble des architectes, des artistes, des chercheurs, des enseignants (du primaire, secondaire et supérieur) et des étudiants. Fondée en 2001 au sein de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette et aujourd’hui basée au département de la recherche, l’association co-élabore ses projets autour d’une transversalité des savoirs et des compétences.